Palerme, Etranges Statues et Art Arabo-normand

Après mon voyage en Italie, de Rome à Naples, nous avions convenu, avec plusieurs copines, de nous retrouver en Sicile, à Palerme. Il était temps de découvrir ce qui se cachait, au-delà de la botte. Palerme est riche de ses contrastes, entre son architecture multi-culturelle et véritable souk dans les rues, à l’heure du marché !

Embarquement immédiat pour Palerme

Il est temps d’embarquer ! Direction la gare maritime de Messine, sur le continent, depuis laquelle on rejoint la Sicile, en bateau. Voici notre train qui entre dans un ferry, pour faire la traversée (si, si). 

Faut-il descendre du train, le temps de la manœuvre ? Que nenni ! Les voyageurs restent à bord de la locomotive et contemplent la lente progression du train, dans le navire. Je sais désormais ce que ressentent toutes les marchandises de la Terre, enfermées dans les entrailles des bateaux.

Séjour à Palerme, entre douceur des cannoli et amertume de l’arnaque

Nous avons loué deux airbnb consécutifs, pour quelques jours à Palerme. Un appartement assez sommaire, un peu excentré, puis ensuite un logement en rez-de-chaussée en plein centre-ville.

Cannoli, agréable pâtisserie sicilienne

Le deuxième airbnb était plutôt sombre et tristounet, mais une petite douceur nous attendait sur la table à manger. Des cannoli ! Molto gentile !

Je dois avouer ne pas être une grande amoureuse des pâtisseries pleines de crème. Je boudais donc mon cannolo 1 jour, 2 jours. Finalement, estimant que l’ouverture d’esprit n’était pas une fracture du crâne, j’ai goûté et mangé avec gourmandise mon cannolo, qui s’est révélé être excellent. Ô combien j’ai regretté mon élan de xénophobie pâtissière !

L’origine des cannoli

Les cannoli sont une très très vieille pâtisserie, composée de ricotta et de sucre. Le tout forme une sorte de crème qui aurait été inventée par les Arabes. Cicéron, 70 ans avant la naissance de Jésus-Christ en aurait mangé. C’est dire si cette pâtisserie a vu les siècles passer.

Amertume de l’arnaque à la monnaie, en visite

Le jour suivant, nous sommes allées visiter une superbe église, j’ai nommé Santa Maria dell’Ammiraglio, ou La Martorana, à la décoration très très chargée. Plus lourde à digérer que tous les cannoli du monde, je peux vous le dire !

Plafond des églises de Palerme

Alerte ! Bien avant d’arriver à Palerme, j’avais lu dans le guide du Routard qu’on se faisait facilement arnaquer sur la monnaie que l’on vous rend, en Sicile. Hélas, ça m’ait arrivé.

Pour visiter ce lieu enluminé, du sol au plafond, chacune des copines avait payé son entrée. J’arrivais en dernier et la jeune femme, présente à la caisse, m’a alors demandé de régler pour 4 personnes, puisque nous étions 4, ce que je fis.

À la fin de la visite, mes amies m’expliquèrent qu’elles étaient déjà passées à la caisse, chacune leur tour, à leur arrivée. Je réclamais mon argent à la caissière, qui se montra de fort mauvaise foi. J’étais prête à abandonner lorsqu’un vieil homme, qui semblait travailler dans cette église s’enquit de ce qui se passait. Je lui expliquais le problème, dans mon italien un peu rouillé. La jeune femme était plutôt fâchée, le vieil homme hésitait et lui demanda de me restituer la somme. Très gênée, je fis disparaître les sous dans mon porte-monnaie, et nous nous éloignâmes.

Plafond étoilé d'une église à Palerme
Plafond étoilé de la Martorana
Tourisme à Palermo

Etranges gargouilles et statues

J’oubliais bien vite cette mésaventure, grâce à nos pérégrinations suivantes. En effet, Palerme regorge de curiosités.

Drôles de statues, représentations de visages humains grimaçants ou encore, gargouilles, entre gorges et gueules plus inquiétantes et énigmatiques, les unes que les autres.

On peut passer beaucoup beaucoup de temps à les regarder dans les yeux.

Drôles de gueules à Palerme
Curieuses têtes sur les façades de Palerme

Palerme et son amusante fontana della Vergogna 

La Piazza Pretoria (ou, della Vergogna, la honte, en italien) présente des statues tout aussi originales. On peut y rester un bon moment tant le monument est riche de détails. La fontaine est propre, d’une blancheur immaculée. Un peu de clarté enfin au milieu de ces rues sombres et souvent sales, sinon misérables.

Nous avons fait le choix d’y retourner le soir, pour échapper à la foule qui se pressait devant la fontaine, en pleine journée.

Animaux de la fontaine de la place de la honte, Palerme
Gens tout nus à la fontaine de la honte, Palerme
Curieux gnomes à Palerme

Pour la suite de nos visites, nous avons eu du mal à sélectionner ce que nous voulions visiter. Palais des Normands ? Palais Mirto ? Maison Malfitano ?  

Palerme est une ville à la croisée des civilisations, entre occupations successives, je cite, par les Crétois, les Phéniciens, les Carthaginois, les Romains, les Barbares, les Byzantins, les Arabes, les Normands et enfin les Pisans ! Il y a l’embarras du choix niveau monuments.

Notre curiosité nous a dirigées vers le palais de la Zisa, parce qu’il faisait froid, et que nous nous doutions qu’il y ferait frais et parce que nous étions un peu masochistes.

Le palais de la Zisa et sa climatisation antique

Si vous êtes curieux de l’architecture multi-culturelle de la ville, allez visiter le palais de la Zisa (al-Azîz qui signifie la splendeur). Il est un peu excentré, les lieux sont un peu austères, mais cela change des palais chargés de décoration, dont on a l’habitude. D’inspiration arabo-normande, ce monument servait de résidence d’été au roi normand Guillaume 1er de Sicile.

Palais de la Zisa, extérieur
Décoration des murs du palais de la Zisa
Palais de la Zisa

Le palais dispose d’un véritable système de climatisation unique en Occident à l’époque. Ce système, d’après les connaisseurs, rappelle d’anciennes techniques de construction égyptiennes et mésopotamiennes.

Concrètement, l’air chaud du scirocco (vent chaud et très sec) était capté au niveau d’une des tourelles et descendait vers la salle de la fontaine centrale, où il était humidifié, grâce à l’eau des fontaines et des petits canaux installés dans ladite salle, au rez-de-chaussée. Cet air rafraîchi remontait ensuite par la tourelle nord et se redistribuait dans toutes les pièces. Cela permet de faire circuler, en permanence, un courant d’air frais et humide dans l’édifice.

Salle de la fontaine, au palaise de la Zisa
Fontaine intérieure du palais de la Zisa
Vue de l'extérieur du palais
Vue de l'extérieur du palais, par Bulsara1 sur tripAdvisor

Les jours suivants furent consacrés à la Cathédrale de Palerme, et au marché, où pullulent les triporteurs ou ape (abeille, en italien), ces cousins des scooters italiens Vespa.

Cathédrale de Palerme
Ape ou triporteurs italiens, à Palerme
Le triporteur italien qu'on voit partout....
Paysages à Palerme
Belle vue sur Palerme

Palerme et la trattoria bipolaire

Voici une curieuse expérience qui mérite d’être relevée : nous avons mangé dans une trattoria familiale, typique, recommandée par le guide du Routard. Accueil chaleureux et bons plats typiques. Rien à dire, parfait.

Quand nous sommes revenues, une semaine plus tard, autre ambiance. Nous devions nous inscrire sur une liste d’attente pour être acceptées à l’intérieur. Soit. On nous informa que nous ne pourrions pas être servies avant 22 h. Pas de problème. Nous revînmes un peu avant 22 h et on nous installa à une table. Notre commande fut prise par un serveur visiblement débordé et sur les nerfs. Nous avons attendus, très longtemps. Tellement longtemps que de nombreux clients, arrivés après nous, ont été servis avant nous. 

Nous avons bien tiré la manche d’un serveur une ou deux fois, mais ils semblaient débordés et excédés.

Filles atterrées et affamées quand l'estomac ne se remplit pas

Les mets qui nous ont été servis étaient indignes de l’Italie, et de la gastronomie tout court.

En lieu et place d’une entrée tomates/basilic/mozzarella, pour l’une de mes copines, des ingrédients sans goût et un basilic flétri. Quant à moi qui avais commandé un minestrone de lentilles, je reçus une assiette avec des lentilles… en boîte. Infect ! Etonnante et sale expérience, d’autant que l’addition, elle, tint ses promesses, contrairement aux plats.

Se casser le nez à Palerme...

Sur cette note piquante, nous fîmes nos adieux à Palerme pour virevolter vers les villages perchés du nord-ouest de la Sicile… 

Cet article a 2 commentaires

  1. manonwoodstock

    Ah les Canoli…quel délice du paradis 😍 moi non plus, je ne suis pas trop gâteau à la crème…mais ça…c’est de la gourmandise à l’état pur !!
    C’est marrant, parce que pour ce qui est des arnaques au rendu du monnaie, ma collègue – originaire de la région de Modène m’a dit la même chose…et que ça faisait partie du côté très relou de l’Italie (tout comme les prix « touristes » et les prix « locaux »).
    En tout cas, moi qui ne connaît absolument pas la Sicile, tu m’a donné envie d’y faire un saut ! Tu as vu une vraie différence au niveau architecture et culture ?
    Passe une belle journée !

    1. Coucou Manon, oui, fonce 🙂 ! Sans compter que la Sicile a 1001 visages. Je n’en ai vu, hélas, qu’une petite petite partie. Très envie d’aller à Syracuse par exemple. D’explorer un peu plus la Sicile africaine. Niveau architecture, oui, tu vois de vraies différences car la Sicile a été colonisée par plein de peuples différents. A Palerme, les bâtiments sont très marqués par le style arabo-normand. Niveau culture, je n’ai pas vu de grande différence : nos hôtes airBNB faisaient assez italiens classiques et étaient molto gentili ! En revanche, le coup de la monnaie m’a pas mal choquée en effet ! Je me suis demandé si c’est moi qui m’étais trompée ou si la caissière avait fait une erreur, ou m’avait arnaquée O_O

Laisser un commentaire